Close

changement d’heure : comment (bien) le vivre ?

C’est au début du siècle dernier que l’Angleterre, puis l’Allemagne et enfin la France ont adopté ce système d’heure d’été/heure d’hiver, système qui consiste à avancer ou retarder l’horloge de 1 heure à chaque équinoxe.

Initialement mis en place pour des raisons d’économie d’énergie, ce procédé de plus en plus décrié pour son inefficacité n’est pas sans conséquence sur notre santé. La date de cet événement approchant, on préfère faire le point !

 

Changement d’heure, un sommeil perturbé ?

Lorsque l’on avance l’horloge de 1 heure à l’automne, on « perd » 1 heure de sommeil, à l’inverse, on « gagne » 1 heure lorsqu’on la recule au printemps. (Un truc simple pour s’en souvenir : AVril = AVance d’une heure – octobreRE = REcul d’une heure.)

Le sommeil, qui fonctionne par cycles de 24 heures peut être ainsi perturbé pendant plusieurs jours, surtout au passage à l’heure d’été qui ampute le sommeil d’une heure et peut provoquer chez certaines personnes des troubles de l’endormissement, de l’attention, de l’appétit, de l’humeur ou encore une baisse de productivité au travail.

Pour certains scientifiques, ce changement d’heure est considéré comme encore plus néfaste sur la santé qu’un décalage lié aux changement de fuseaux lors de voyages. Principalement parce qu’il ne va pas de pair avec un changement d’activité, comme pour un voyage par exemple. Ainsi, cela implique un décalage de réveil, des repas ou d’heure de coucher sans changer de quotidien géographique, ce qui peut être perturbant pour notre corps.

 

Qui sont les personnes vulnérables au changement d’heure?

Il existe plusieurs groupes de personnes qui peuvent être plus affectés par ces changements d’heure. On distingue :

 

  • les personnes âgées, plus habituées à des horaires fixes et à un sommeil court sont susceptibles de subir plus intensément un décalage d’horaires ;
  • les enfants et en particulier les bébés : au cours du changement d’heure d’été, les nourrissons passent d’un coucher/réveil dans la pénombre à un coucher/réveil à la lumière du jour, ce qui peut engendrer des perturbations sur leur sommeil ;
  • les personnes malades ou hospitalisées déjà affaiblies et subissant plus fortement des troubles d’adaptation aux nouveaux horaires saisonniers.

 

Changement d’heure : comment s’y préparer ?

En moyenne, on estime qu’il faut environ 1 semaine au corps humain pour s’adapter au changement de rythme provoqué par le passage à l’heure d’été ou d’hiver. Mais pour mieux s’y préparer, il existe quelques astuces toutes simples :

  • Décaler ses heures de sommeil de quelques minutes/quarts d’heures pendant 2 ou 3 jours en amont ;
  • Limiter le stress dû à la peur de ne pas se réveiller en programmant ses équipements électroniques la veille ;
  • Sortir quotidiennement afin de profiter de l’ensoleillement notamment lors du passage à l’heure d’hiver pour synchroniser plus rapidement votre rythme circadien ;
  • Si vous avez la possibilité, modifier son rythme de travail si possible en allant au travail plus tôt pour finir plus tôt et profiter de la lumière jusqu’à la fin de la journée par exemple ;
  • Enfin, se reposer le plus possible dans la semaine qui suit le changement d’heure.

Et si vous avez peur que cela ne suffisent pas,  vous pouvez avoir recours à une cure de vitamines ou de magnésium mais si la fatigue ou d’autres symptômes persistent, n’hésitez pas à consulter un médecin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close